Burundi : la décision du président Nkurunziza de ne pas briguer un autre mandat en 2020 est “irréversible”

Le président du Burundi et chef du gouvernement burundais, Pierre Nkurunziza, a réaffirmé vendredi que sa décision annoncée en juin dernier de ne pas briguer un autre mandat présidentiel pour la prochaine élection présidentielle burundaise attendue en 2020 est “irréversible”, ont rapporté dans leurs éditions françaises de la mi-journée la radio nationale du Burundi et la radio associative Isanganiro captées à Bujumbura.

Le président Nkurunziza, qui s’exprimait au cours d’une émission publique à partir du chef-lieu de la province de Ngozi (nord), avait annoncé pour la toute première fois le 7 juin 2018 en commune Bugendana dans la province de Gitega en marge des cérémonies sur la promulgation de la nouvelle Constitution votée par voie référendaire populaire le 17 mai 2018, sa décision de ne pas briguer un autre mandat présidentiel pour le scrutin présidentiel burundais de 2020.

“Je voudrais réaffirmer ici que quand bien même des gens viendraient beaucoup insister devant ma résidence pour réclamer que je me représente à la prochaine élection présidentielle de 2020, que je ne céderais à aucune pression, d’où qu’elle vienne. En effet, je me suis déjà prononcé le plus clairement du monde en juin dernier sur cette question, je reste catégorique et je ne changerais jamais de position”, a indiqué le chef d’Etat burundais dans une intervention médiatique faite en langue nationale le kirundi et largement relayée dans les médias locaux.

Le président Nkurunziza a précisé que sa position resterait inchangée même si des pressions politiques pour réclamer qu’il se représente pour la prochaine élection présidentielle burundaise de 2020, provenaient des militants de son propre parti politique, à savoir le Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD ; 1er parti au pouvoir).

Sur ce, le président Nkurunziza a souligné que sa décision annoncée le 7 juin dernier relative à ce qu’il ne briguerait pas un autre mandat présidentiel en 2020, “n’est pas le fruit d’une concertation avec les membres de son parti, mais qu’il a prise personnellement en âme et conscience dans une ambiance de recueillement auprès de Dieu”, a-t-il ajouté.

“Ne soyez nullement inquiets à ce sujet, Pierre Nkurunziza n’est pas le seul président pouvant diriger le Burundi, il y a d’autres Burundais susceptibles de remplir les missions assignées à la fonction de président du Burundi”, a-t-il insisté.

Le président Nkurunziza a réaffirmé cependant que sous une casquette de citoyen burundais patriote, il restera attaché à servir son parti politique et au développement de son pays sous diverses formes.

Pour rappel, le président Nkurunziza, qui a accédé au pouvoir le 26 août 2005 à l’issue d’un suffrage universel direct (élu par les parlementaires), et réélu en juin 2010 et en juillet 2015 par suffrage universel direct (par la population), est aussi président du conseil des sages du CNDD-FDD (instance suprême du parti) et désigné “visionnaire” de ce dernier.

Source Xinhua