Burundi : Jeune Afrique 2840 du 14 au 20 juin 2015, pg. 34-35 (suite de la rengaine).

Qu’est ce qui fait courir Nkurunziza ? « Article d’Olivier Caslin »(OC)

L’admirateur, pour ainsi dire, du Président Pierre Nkurunziza (PN) Monsieur OC, annonce  la couleur en soulignant, que PN a un sens tactique  pour garder de solides amitiés, qui lui ont permis de se maintenir au pouvoir à la mi-mai. Je demanderais à ce grand limier de JA  OC, de nous dire pourquoi, il ne dit rien  sur les différents chefs d’Etat du Burundi depuis le 26 novembre 1966 jusqu’en 1993 qui vit l’assassinat du Président Mélchior Ndadaye.

Le  grand  OC souligne  que chaque samedi  matin, la campagne burundaise connaît le même scenario par l’arrivée dans un tourbillon de latérite  une cohorte de véhicules précédée par une jeep mitrailleuse  en vue.  Honorable OC, daignez aller voir au Burundi le rôle des mitrailleuses montées sur des jeeps des Présidents  d’avant 2000, excepté  trois mois de présidence du  Président Melchior Ndadaye.Il ne serait pas exclu que vous ne sachiez pas ce qui lui est arrivé, autrement vous lui auriez consacré un papier ! Cherchez, vous  trouverez, vous  comprendrez et vous écrirez à son sujet. Ayez le courage  de vous rendre auprès de la CVR. Allez voir ce que la CVR sort des fosses communes victimes des mitrailleuses montées sur des jeeps des régimes  dictatoriaux .Que ces véhicules soulèvent la latérite n’étonne pas les Burundais, car le Burundi est pour le moment pauvre. Un jour, le Burundi aura des routes  asphaltées .Qui va doucement, va sûrement et petit à petit l’oiseau fait son nid. Dans les années à venir, le Burundi aura aussi des voies routières à votre goût. La latérite n’empêche personne de vivre. Sachez que l’Homme vient de la latérite ! Voyez ou lisez la Genèse. Alors C.

Vous écrivez En 1972, son père est étranglé avec une cravate. Son fils mettra des années  avant d’en porter une. Monsieur CO, un habitant de Pesenas écrivait ceci : Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire partent aisément. C’est Boileau ! Pourquoi vous ne dites pas  si le Père s’est suicidé avec sa cravate ! Pourquoi vous ne dites pas qui  a tué le père de PN !Il Tout serait à votre honneur  de préciser qui a commis  cet assassinat. Le feu qui cache la forêt ! On trouve la même contorsion  plus loin, dans l’embuscade. Vous dites que PN a échappé de justesse à une embuscade que des étudiants lui avaient tendue. Seulement, vous ne précisez pas  qui étaient ces étudiants ! Qu’il ait échappé, cela vous plaît-il ou non ? Votre fond de pensée intéresserait plus d’un.

A la page 35, première  colonne ; FRUSTE. Rien que ça ! Vous parlez de l’aveu de ses collaborateurs, sans donner aucun nom. Il est alors aisé de mettre dans la bouche  d’un collaborateur inexistant tout e qu’on veut. Vous  accusez le Président  d’une économie inexistante. Mettez aussi sur son dos  l’effondrement de Wall Treet ! Et vous l’attaquez sur sa foi religieuse.  S’il était athée, vous le lui reprocheriez. La clé des erreurs de vos  informations : vous dites  que son village est Buye !Non Monsieur  le grand OC, c’est Mbuye !Cela prouve à suffisance que  ses collaborateurs que vous auriez rencontrés sont fantomatiques. Dommage.

Passons  à  DROIT AU BUT fin page 35.En résumé, vous dites  que s’il n’était pas rentré en politique, il serait un footballeur et meilleur marqueur. Vous lui trouvez quand même une qualité ! Je vous rappelle qu’il n’y a pas de sot métier. Pour le moment, il est ce qu’il est n’en d »plaise aux mécontents et déstabilisateurs du Burundi. En sommes, les Burundais ont un esprit patriotique qui a été dynamisé par le souvenir des tristes  gouvernements (pour certains) des années de chape de plomb. Le Burundi d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier et celui de demain sera encore meilleur, un Burundi amélioré en mieux.

Ecrivez, on vous lira et on vous écrira.

Dr NF, un lecteur fidèle, critique et analyste de vos gentils papiers sur le Burundi, le rebelle et incorruptible.