A Bujumbura, ce vendredi 19 décembre 2014, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a indiqué qu’aucun parti politique burundais ne lui avait encore soumis par écrit les preuves de ses irrégularités constatées pendant la période d’enregistrement des futurs électeurs burundais pour les élections de 2015. M. Pierre Claver Ndayicariye, président de la CENI, explique qu’actuellement ce qui se dit n’est révélé que par la voie des ondes – les média – et que personne parmi ceux qui critiquent ne lui a encore soumis quoi que ce soit. Des vidéo passées à la télévision ou des images mis sur des journaux et sites web ne peuvent être considérés comme des preuves. Au contraire, selon les uns et les autres, cela peut être considérée comme de la propagande. M. Pierre Claver Ndayicariye ne comprend pas dès lors comment ces derniers peuvent alors intimer l’ordre aux démembrements de la CENI.
Ce lundi 22 décembre 2014, la CENI organise une réunion de discussion et d’explication avec tous les acteurs politiques et autres concernés.
Au Burundi, un certain nombre d’organisations politiques ne souhaitent pas que des élections démocratiques puissent avoir lieu l’année prochaine en 2015. Ces dernières voudraient que le pouvoir au Burundi puisse être partager ou négocier entre acteurs politiques ( comme à Arusha en 2000 ) sans avoir à se référer à la population burundaise, ce que l’Etat refuse. Le Burundi organisera en 2015 son 3ème scrutin démocratique consécutif depuis 2005.
DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 19 décembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.