Dans la mise en oeuvre de la 3ème phase de son Programme d’Appui Institutionnel et Opérationnel au Secteur Agricole (PAIOSA III), le Burundi bénéficiera d’un soutien financier de la Belgique, qui s’élève à 22 millions d’euros.

Une convention a été signée à cet effet jeudi à Bujumbura par l’ambassadeur de Belgique au Burundi, Marc Gedopt, et le ministre burundais des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, Laurent Kavakure, en présence de son homologue de l’Agriculture et de l’Elevage, Odette Kayitesi.

Le PAIOSA I a démarré en décembre 2010 avec un montant de 13 millions d’euros accordés par la Coopération Technique Belge (CTB), suivi en 2011 du PAIOSA II avec un montant de 23 millions d’euros, a rappelé à cette occasion le ministre Kavakure.

Odette Kayitesi a précisé pour sa part que l’enveloppe des 22 millions d’euros va profiter aux petits producteurs vivant de l’agriculture familiale.

Selon elle, à ce jour, la contribution totale de la Belgique pour les trois phases du PAIOSA s’élève à 58 millions d’euros.

“L’appui belge au secteur agricole burundais apporte un léger mieux, mais reste insuffisant pour couvrir l’immensité des besoins dans un pays où plus de 90% de la population vit de l’agriculture et où le secteur agricole contribue à plus de 40% du PIB (Produit Intérieur Brut). C’est pourquoi le Burundi a besoin d’énormément de fonds pour les infrastructures agricoles et pour la transformation post-récolte, ceci pour dire que le chemin reste encore très long”, a-t-elle commenté.