À six mois des élections générales au Burundi, l’espace politique est en pleine ébullition, avec la naissance d’une nouvelle coalition d’opposition composée de huit partis la semaine passée, dominée notamment par les deux frères ennemis d’hier, les ex-rebelles hutus des FNL et l’ancien parti unique l’Uprona, tutsi. Une alliance en concurrence avec une autre coalition beaucoup plus ancienne, l’ADC-Ikibiri, de force à peu près égale.

Après plusieurs années où l’on ne parlait que de la seule Alliance démocratique pour le changement, l’ADC-Ikibiri, une grande coalition de l’opposition radicale au Burundi, née du boycott des élections générales de 2010, l’opposition burundaise est en pleine recomposition à six mois du rendez-vous de 2015.

Ça n’est pas faute d’avoir tenté d’avancer tous en ordre de bataille, mais après de longs mois de négociations, les principaux leaders de l’opposition burundaise ne sont pas parvenus à s’entendre, pour des questions d’égo notamment. Et à la surprise générale, Agathon Rwasa, le leader historique des ex-rebelles hutus des FNL, considéré comme le principal opposant burundais, a quitté l’ADC-Ikibiri pour former une nouvelle coalition, avec Charles Nditije, le président de l’aile majoritaire du principal parti tutsi, l’Uprona, longtemps parti unique. Ils ont déjà rallié six autres partis et ont lancé officiellement ce nouveau regroupement le mercredi 10 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.