Après le combat pour la paix, celui du développement

La semaine dédiée aux combattants de la paix du parti CNDD-FDD poursuit, comme prévu, ses activités à travers le pays sous un thème se rapportant à la paix et au développement. Grand visionnaire du parti CNDD-FDD et président du Comité des Sages du même parti, le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza avait rehaussé de sa présence, mardi dernier, les activités qui se sont déroulées à la permanence du parti située dans la commune urbaine de Ntahangwa. C’est le secrétaire général du parti CNDD-FDD Evariste Ndayishimiye qui, la veille, avait donné le coup d’envoi de cet important événement, dans la commune de Mpanda, de la province de Bubanza, en présence des hautes personnalités du parti et d’une foule de militants venus se souvenir des leurs tombés sur le champ de bataille, pour la seule cause de la paix et de la démocratie.

Annuellement célébrée, la semaine dédiée aux combattants de la paix du parti CNDD-FDD est un moment fort dont le message à retenir essentiellement est le suivant : Après le combat pour la paix et la démocratie, est arrivé celui du développement. Sachant d’où nous sommes venus, c’est-à-dire d’un triste passé ayant été marqué par des violences sans nom, nous devrions, avec la paix retrouvée grâce aux vaillants Intwari du parti CNDD-FDD reconstruire de nos propres mains de qui a été détruit en 1965, en 1972, en 1988, en 1993 et en 2015. Les violences ayant été, à ces époques-là, à leur paroxysme. Est-il besoin de rappeler que c’est l’administration coloniale belge qui inocula le venin de la haine ethnique dans les cœurs des Burundais vivant en symbiose avant l’époque coloniale belge ?

Le passé appartenant au passé comme nous l’indique la semaine du combattant de la paix du parti CNDD-FDD, attelons-nous aujourd’hui aux travaux de développement, dans un élan patriotique qui nous aidera à dire toujours oui à tout ce qui nous unit et à dire toujours non à tout ce qui est de nature à nous diviser. Le développement est donc le grand combat que nous devons mener et réussir, trop de temps et trop de vies humaines ayant été perdus lors des violences interethniques. S’agissant du développement, ayons toujours à l’esprit le Plan national de développement 2018-2027 officiellement lancé, souvenons-nous, le 23 août 2018 par le président de la République Pierre Nkurunziza, en attendant un autre plan devant être élaboré à partir de l’année 2022, pour nous conduire à l’horizon 2040. La voie nous étant ainsi tracée, il nous revient à nous tous, grands et petits, petits et grands, de mener victorieusement le combat du développement, comme cela a été le cas pour celui de la paix et de la démocratie.

Terminons cet éditorial par une question : qui pourrait s’autoriser de nier que c’est grâce au parti CNDD-FDD que la paix est revenue dans notre pays, après les violences interethniques de 1993, les plus longues et les plus meurtrières que le Burundi ait connues ? C’est, en effet, après sa victoire aux élections démocratiques, pluralistes, libres et transparentes de 2005, que le pays est ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire un pays où règnent la paix et la sécurité, un pays tourné vers son développement.

Louis KAMWENUBUSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.