La rédaction de Burundi-24 ne ménagera aucun effort pour alerter l’opinion et prendre le monde à témoin des plans machiavéliques que les ennemis du Burundi et du gakunzimaingain.pngpeuple Burundais ne cessent d’élaborer pour déstabiliser le Burundi et endeuiller ses filles et fils. Si Burundi-24 a décidé ces derniers temps de vous partager les différents schémas de complot occidental contre le Président Pierre Nkurunziza et le CNDD-FDD c’est pour que ceux qui tomberont dans ce piège, ne disent point demain, à l’instar du Président des Etats-Unis sur la Libye, qu’ils ont commis l’irréparable et qu’ils n’auraient surtout pas agi de la sorte en s’attaquant et détruisant injustement un Etat souverain et paisible comme le Burundi. Au moment où toutes les stratégies de renverser le pouvoir démocratiquement élu au Burundi sont tombées à l’eau, une petite poignée de gens continue malheureusement à prendre en otage une partie de la communauté internationale et des Burundais, et leur faire avaler des scénarios apocalyptiques. Comment au 21ème siècle des pays dits civilisés peuvent être déroutés et aller jusqu’à croire à des montages grotesques pouvant mettre en péril des millions de gens ? Cela ne se passe nulle part ailleurs qu’en Belgique où une mafia politique (politico-financier) autour du député européen, Louis Michel, sillonne les capitales européennes et multiplie des conférences pour parler d’un génocide imaginaire ou qu’elle prépare elle-même vu le timing qu’elle se donne pour le commémorer.

La rédaction de Burundi-24 vous laisse découvrir à travers ces différents échanges électroniques, qui lui sont parvenus comment en quelques sortes, cette mafia opère pour acheter les consciences des dirigeants de ce monde, plus particulièrement européens, pour enfin arriver à leur objectif. Le monde devrait être méfiant et surtout, actuellement que toutes les cartes de la vérité sont sur la table, revenir à la raison et aider le peuple burundais dans sa détermination à consolider la paix, la démocratie et la justice, sources de tout développement. Nul n’ignore que la raison d’être de l’Union Européenne en particulier c’est la paix. C’est pourquoi toute action privilégiant les sollicitations de cette mafia est de nature à compromettre la paix et davantage ouvrir la porte à un monde beaucoup plus instable et incertain. Les Européens doivent résister au chantage et aux mensonges permanents d’un certain Bernard Maingain (Belge) et d’un certain David Gakunzi (Rwandais), tous mandatés par le cercle de Mr Louis Michel et le Rwanda de Paul Kagame, lui qui a su faire du génocide rwandais un fonds de commerce et assurer sa survie politique tout en créant des citoyens de second rang dans son pays. Le discours du fameux Louis Michel dernièrement à Bruxelles lors de la commémoration du 22ème anniversaire du génocide rwandais en dit long et est sans équivoque (https://www.youtube.com/watch?v=n8P6lF_aON8&feature=youtu.be). En en croire ses propos, le schéma rwandais devrait être un modèle à suivre au Burundi. Ainsi, son rêve est de tenir un tel discours devant un panel des Burundais. Est-ce en 2017, comme le préconise le soi-disant « Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes » ? La table-ronde qu’il organise ce vendredi 15 avril 2016 est un non-évènement le peuple Burundais l’a dit hier, il redit aujourd’hui, et il le dira encore haut et fort demain : plus jamais de génocide au Burundi : 1972 suffit.

Les échanges et les documents d’appui dudit collectif belge sont révélateurs :

ina_20van_20looy-180x180.jpg
De : Ina Van Looy
Date : 17 mars 2016 à 14:58
Objet : Projet de table-ronde sur le Burundi (15.04.16) + CR de notre réunion du 15.03.16
À : Naher Arslan , caroline.atas@gmail.com, Luc Atas , Georges Cimen , Antoinette Correa , Emmanuel de Jonge , Florence Evrard , Institut Syriaque de Belgique , Gakwenzire Philibert , Denise Gere , Grégoire Jakhian , Tatiana Josz , Pacifique Kabalisa , kabanda aloys , Yannick Miara – Izuba Editions , Mélanie Moreas , Eugénie MUKAMUGEMA , Ndizeye Aloys , gloria rabinovitsj , Providence Uwindekwe Rwayitare , Alice Adler , Sarah Ubben , Niyorurema , edin542@yahoo.com ,
Cc : Mÿffffe9thode NDIKUMASABO , Florence Caulier , Jean-Marc Finn , Henri Gutman

Chers tous,

Pour faire suite à ma réunion avec Méthode ce matin, je vous adresse le projet de table-ronde en l’état. Je joins au présent envoi, le projet initial de Méthode.

Si le CCLJ abrite cette table-ronde, je reprécise que c’est bien notre Collectif qui porte ce projet et que nous avons donc besoin de toutes vos forces et compétences ;-)

La date choisie est le vendredi 15.04.16 à 19h au CCLJ

Pour toute communication entre nous, j’utilise mon adresse cclj par contre pour toute communication vers l’extérieur ou réservations c’est l’adresse mail du collectif qui doit être utilisée : genocide.non@gmail.com

Comme vous le constaterez, nous avons pensé à plusieurs intervenants, nous verrons qui sera dispo. Le prénom entre parenthèses indique qui de Méthode ou moi contactera l’intervenant, il reste beaucoup de blancs… Qui d’entre vous peut contacter certains intervenants, peut-être avez-vous des relations privilégiées avec l’une ou l’autre ? Merci de m’indiquer ce que vous pouvez entreprendre pour la bonne organisation de cette table-ronde avant le 21 mars 22h.

Dès réception de vos réponses, j’établirais un nouveau document pour préciser qui est en charge de quoi.

Je réaliserais une invitation plus formelle que vous recevrez le 22 mars et que vous pourrez adresser aux intervenants sollicités que vous connaissez.

Enfin je me chargerais de rédiger et d’envoyer un communiqué de presse autour du 5 avril 2016.

Nous occuperons une salle du CCLJ qui peut accueillir 60 personnes assises. Nous prévoyons de l’eau, du café et du thé.

Si vous pensez que nous avons oublié quelque chose d’essentiel merci de m’en avertir au plus vite.

Vous trouverez également ci-joint le compte-rendu de notre réunion du 15 mars ainsi qu’un document reprenant les associations dont un des membres est également membre de notre collectif. Je me dis que cela peut toujours être utile s’il vous faut expliquer ce qu’est notre collectif.

A bientôt,

Ina

PS : Méthode m’a informée ce matin d’un travail mené en Italie pour tenter d’inciter le parlement européen à voter une résolution qui qualifie le crime en cours au Burundi de génocide. Résultat autour du 5 avril.

Ina Van Looy
Ina Van Looy
Directrice – Centre d’Education à la Citoyenneté

“La haine, je dis NON!”
Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind
rue de l’Hôtel des Monnaies 52 – B-1060 Bruxelles
Tél. : +32.2.543 02 97
Fax : +32.2.543 02 71
ina@cclj.be
www.lahainejedisnon.be

www.cclj.be


LES DOCUMENTS D’APPUI

1.Compte-rendu de la réunion du 15 mars 2016

Présents : Naher, Georges, Aloys, Caroline, Simon, Pierre, Florence, Florence, Ina

Excusés : Providence, Mélanie, Philibert, Grégoire, Antoinette

Absents :
1.Table-ronde sur la situation au Burundi

Le CCLJ prête ses locaux mais c’est le Collectif qui porte ce projet.

L’objectif de cette table-ronde est d’envisager la pertinence d’un dépôt de plainte contre Nkurunziza.

Ina a rendez-vous ce jeudi avec Méthode afin de fixer une date. Elle invite les membres du Collectif à se joindre à ce projet et à le promouvoir.
2.Commémorations 2016 et 2017

Il serait pertinent que nous soyons unis lors des commémorations d’avril. Nous pensons à organiser quelque chose pour avril 2017 : pourquoi pas une fresque murale à Ixelles ?

Pour 2016, Naher suggère que nous soyons tous présents quelque part.

Nous nous retrouverons donc le 7 avril 2016 à18h30 Place Royale afin de participer à la marche aux flambeaux organisée par Ibuka.

Florence se charge de faire réaliser une banderole au nom de notre Collectif.
3.Situation catastrophique des chrétiens de Syrie et d’Irak

Pierre nous informe que le cessez-le-feu semble alléger quelque peu la situation pour les peuples qui se trouvent près de la mer (la nourriture parvient à être acheminée). Par contre, pour les autres, rien ne bouge.

Simon nous rappelle l’ambiguïté du double-jeu mené par les Kurdes et l’image de « pauvres malheureux » qui nous parvient ici en Europe.

Georges détaille la situation en Turquie où on accuse les Kurdes d’être derrière les récents attentats. Cette situation accentue la difficulté pour les minorités chrétiennes. Des journalistes turcs disent ne plus oser communiquer sur ce qui se passe : on assiste à un musellement de la presse.

Naher signale qu’une activité (Nouvel an kurde) organisée au Parlement bruxellois par des associations kurdes a été annulée récemment. Aussi, un activiste a été emprisonnée au Sud-Est de la Turquie (dépêche est parue dans le bloc du Figaro) ; ceci sème une psychose au sein de la population qui a très peur.

La région est dévastée mais cette image n’est pas celle véhiculée par les médias.

Naher propose de réfléchir à la mise sur pied d’un colloque sur la situation à l’Est de la Turquie afin de donner un éclairage historique et dresser un état des lieux. Cependant, il semble compliqué de trouver des intervenants qui oseront prendre la parole (des archéologues, scientifiques, historiens, politiques, …). Si l’invitation n’est pas envoyée par les communautés syriaques de Belgique, peut-être pourrait-elle être plus facilement acceptée …
4.Reconnaissance du Parlement européen et des Etats-Unis

Nous voulons alerter et mobiliser la presse afin que la situation des chrétiens d’Orient soit expliquée dans les médias. Naher sera notre personne de contact.

Il faudrait pouvoir coordonner et structurer nos actions afin d’obtenir un réel impact : envoyer le même communiqué à partir des adresses email de nos différentes associations.

Nous espérons que la situation actuelle sera abordée au cours de cette conférence à venir (à laquelle Grégoire intervient ;-)). Nous serons dans le public, venez nombreux.

Barbaries au passé, barbaries au présent, barbaries au futur. L’éternel recommencement?

Conférence/débat autour de la question du génocide.

Jeudi 24 mars à 19 heures

L’objectif de cette conférence sera de proposer de se mettre en position « d’analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir » (Pinar Selek) et ceci au travers de la voix de différents acteurs de la société; sociologue, écrivain, journaliste, avocat.

FONDATION BOGHOSSIAN – VILLA EMPAIN
Centre d’art et de dialogue entre les cultures d’Orient et d’Occident
Avenue Franklin Roosevelt 67
1050 Bruxelles

Réservation souhaitée :
info@boghossianfoundation.be
ou : +32 (0)2 627 52 30

Prix des entrées : 12 € / 7 € (membres du Cercle des Amis de la Villa Empain )

2. NOTE RELATIVE A L’ORGANISATION D’UNE TABLE RONDE SUR LES PERSPECTIVES D’EXERCICE DE LA COMPETENCE UNIVERSELLE A L’EGARD DES AUTEURS DE GENOCIDE EN COURS AU BURUNDI
I.Contexte et objectif

Le Burundi est plongé dans une crise depuis le 26/04/ 2015, date à laquelle le parti CNDD-FDD a désigné M. Pierre NKURUNZIZA comme candidat à un troisième mandat de Président du Burundi. Des manifestations de contestation de ce troisième mandat ont été organisées à Bujumbura, en particulier dans les quartiers de MusagA, Nyakabiga, Bwiza-Jabe, Mutakura et Cibitoke. Ces quartiers sont couramment qualifiés de « contestataires ».

Ces manifestations ont été sévèrement réprimées par les agents de l’ordre appuyés par des miliciens appelés IMBONERAKURE et, selon certaines sources, par les INTERAHAMWE, milice de sinistre mémoire qui ont participé au génocide au Rwanda.

Une tentative de coup d’Etat a été fomentée le 13/05/2015. La répression des manifestations s’est accentuée. La situation a surtout servi d’alibi pour détruire les médias privés et museler la presse et la société civile. Seule la radio-télévision officielle émet dans le pays. Deux radios privées, INZAMBA et HUMURA, ont commencé à émettre de l’étranger sur internet. Les informations sont également diffusées via les réseaux sociaux. Les Burundais qui n’ont pas accès à ces canaux d’information, en particulier ceux de l’intérieur du pays, ne suivent pas l’évolution de la situation.

Cette situation a mis des milliers de Burundais sur le chemin de l’exil. Une répression atroce touche ceux qui sont restés dans le pays ou qui y reviennent. L’analyse montre que les exactions ciblent spécifiquement les tutsi si bien que des observateurs avisés font état d’un génocide en cours. La situation s’empire de jour en jour si bien que d’aucuns craignent une extermination de cette ethnie à une plus large échelle à l’image de ce qui s’est passé au Rwanda en 1994.

Ce qui est inquiétant au Burundi est que M. NKURUNZIZA et son entourage restent sourds aux appels de la communauté internationale à la raison. Il refuse l’envoi d’une quelconque force internationale qui serait chargée de la prévention de l’escalade de la violence. Il refuse également la tenue de négociations avec les opposants en vue d’une solution politique à la crise. Des analystes voient à travers cette attitude la mise en oeuvre d’un plan d’extermination des tutsi, conçu de longue date, la question du troisième mandat n’étant qu’un alibi.

Alors que la situation du Burundi occupait une place importante dans les médias étrangers au début du déclenchement de la crise, elle s’est rétrécie au fil du temps. Les opinions publiques étrangères du Burundi ne sont plus, ou quasiment plus, au fait de l’actualité de ce pays, et du danger que courent encore aujourd’hui les tutsi du Burundi. Si la diplomatie s’active encore aujourd’hui, en particulier l’Organisation des Nations Unies, l’Union européenne et l’Union africaine, elle ne parvient pas encore à faire fléchir le pouvoir de Bujumbura.

Au nombre de facteurs qui bloquent le dénouement de la crise du Burundi figure l’impunité dont bénéficient les auteurs des exactions en cours. Le pouvoir de Bujumbura assume en effet la répression de ceux qu’il qualifie abusivement de fauteurs de troubles par leur opposition présumée au troisième mandat de M. NKURUNZIZA. La Cour pénale internationale brille par un attentisme inexplicable alors même que le Burundi est lié par son statut. Aucun pays étranger n’a manifesté l’intention d’exercer la compétence universelle à l’égard des responsables présumés d’exactions.

Au regard de la situation au Burundi, il est impératif de relancer l’alerte à l’endroit de la communauté internationale sur le fait qu’elle est sur le point d’assister, dans une indifférence coupable, à un nouveau génocide, celui des tutsi du Burundi. C’est dans cette perspective que le Centre Communautaire Laîc Juif organise une table ronde en vue d’explorer les possibilités d’exercice de la compétence universelle par la Belgique.

II. Participants

La table ronde regroupe des personnes issues de milieux divers, judiciaires, académiques et autres, qui par leurs profils, peuvent apporter de précieuses contributions dans l’exploration du thème central de la table ronde. On peut tabler sur un nombre de 30 à 40 personnes.

Il y a lieu d’inviter :
•Damien VANDEERMERSCH, actuellement Avocat Général, qui a lancé l’affaire Hissène HABRE lorsqu’il était encore juge d’instruction auprès du Tribunal de première instance à Bruxelles;
•Me Bernard MAINGAIN, qui possède une connaissance et une expérience de terrain sur le Burundi ;
•GAKUNZI David, historien (résidant en France) qui suit de près la situation du Burundi ;
•Prof. Dr Stef VANDEGINSTE (Université d’Anvers): auteur de nombreuses publications sur le Burundi , auteur et gestionnaire d’un site qui publie des documents et informations précieux sur le Burundi;
•Prof. Dr Eric DAVID, spécialiste du droit international pénal;
•Journalistes belges ;
•1 ou 2 fonctionnaires de la CPI ;
•un avocat près la CPI ;
•1 à 2 participants d’associations rwandaises comme IBUKA ;
•1 à 2 participants de l’Union européenne ;
•1 à 2 participants de ministère belge (Aff. Etr ? Justice ?) ;
•participants à la Conférence publique du 02/06/2015 à l’ULB sur « Le Burundi : démocratie en péril » : Thomas VAN acker, Amb.Julien NAHAYO (CENARED), Ernest SAGAGA (fédération internationale des juristes), Isabelle DURANT, Marie ARENA, Prof. Eric DAVID, Valérie ROSOUX (spécialiste de la mémoire et de la résolution des conflits – UCL), Peter MOORS (Chef de cabinet Alexander de CROO), Manu KLIMIS (chercheur Univ. Saint-Louis), Marie-Soleil FRERE (chercheuse ULB) ;

 Une équipe de ressortissants burundais qui sera présentée par les personnes de contact (Aloys, Adrien, etc.) ;

III. THEMES

Premier thème : Situation politique et judiciaire (David GAKUNZI, Stef VANDEGINSTE, Manu KLIMIS) ;

Deuxième thème : Tirer les leçons du Rwanda ( voir associations du Rwanda) ;

Troisième thème : (In)actions de la communauté (Amb. Julien NAHAYO, Marie ARENA/Isabelle DURAND) ;

Quatrième thème : Perspectives de l’exercice de la compétence universelle (Eric DAVID, Damien VANDEERMERSCH, Bernard MAINGAIN) ;

IV. Date

Dépendra des disponibilités : fin mars ou début avril en tenant compte des commémorations rwandaises. Un Vendredi soir. Par exemple le 25 mars.

IV. Suivi de la préparation

Contacts de représentants d’associations ou de Burundais à inviter : Adrien et Aloys ;

Orateurs : Centre (Ina) et Méthode.

V. Planning

Dès que le centre et le groupe d’initiative se mettent d’accord sur la note d’organisation, lancer les invitations. Il est recommandé qu’un membre du groupe de Burundais se mette en relation avec le Centre pour finaliser cette note.

VI. Lieu : le centre

2.Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes


Table-ronde sur le Burundi

Quelles actions pour empêcher les actes criminels commis contre la population tutsi du pays ?

Vendredi 15 avril 2016 à 19h au CCLJ – rue de l’Hôtel des Monnaies 52 à 1060 Bruxelles


1.Etat des lieux politique, social et judiciaire

Intervenants envisagés :
•Stef VANDEGINSTE (Méthode)
•Manu KLIMIS (Méthode)
•Colette BRAECKMAN

2.Empêcher le crime :

les leçons du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994

Intervenants envisagés :
•Joël KOTEK (Ina)
•Un membre d’IBUKA
•Jean-Pierre MARTIN

3.(In)actions de la communauté internationale

Intervenants envisagés :
•Louis MICHEL
•Marie ARENA
•Isabelle DURANT
•1 membre du Ministère des Affaires étrangères
4.Perspectives de l’exercice de la compétence universelle

Intervenants envisagés :
•Damien VANDEERMERSCH
•Eric DAVID (Ina)
•Bernard MAINGAIN

Infos et réservations : genocide.non@gmail.com
5.Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes

Associations représentées au sein du Collectif :
•Association des Arméniens démocrates de Belgique (Grégoire)
•Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind (Florence & Ina)
•Centre pour la prévention des crimes contre l’Humanité (Pacifique)
•Comité des Arméniens de Belgique (Grégoire)
•Fédération Assyrienne de Belgique (Naher)
•Fédération des Araméens de Belgique (Georges)
•Fédération des Jeunes Assyriens de Belgique (Naher)
•Ibuka (Aloys)
•Institut Syriaque de Belgique (Pierre & Simon)
•Muyira (Providence)
•Seyfo Center Belgique (Pierre & Simon)

Associations susceptibles d’y être associées :
•Foyer Culturel Juif de Liège
•Union des Rescapés du génocide des Tutsi (URGT)
•Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB)
•Remember Tutsi Genocide


Editeurs B-24