“La mise en place d’un SOFA est une étape importante dans les relations bilatérales entre les États-Unis et l’un de ses partenaires. Le fait que le Burundi ait été désigné à la fois par le Département d’ Etat et le Département de la Défense comme pays prioritaire pour la mise en place d’un SOFA n’est pas un produit du hasard. C’est parce que le Burundi a manifesté une volonté extraordinaire et une capacité croissante à venir en aide aux voisins en détresse”, a expliqué l’ambassadeur Dawn Liberi. Elle a indiqué que cet accord permettra aux États-Unis de continuer à offrir de la formation et du matériel aux Forces de Défense Nationales du Burundi afin d’améliorer leur capacité à promouvoir la paix et la sécurité dans la région.

Depuis 2007, le gouvernement américain a fourni une assistance bilatérale en matière de sécurité s’élevant à 200 millions de dollars en appui à la participation du Burundi dans les missions régionales de maintien de la paix, notamment en Somalie et en République Centrafricaine (RCA). “Cette année, nous prévoyons un investissement de 63,5 millions de dollars, dont 3,5 millions d’aide directe allouée au transport aérien par les Etats-Unis des troupes burundaises se rendant en RCA”, a précisé l’Ambassadeur Dawni Libéri.

Elle a fait savoir que l’autre assistance comprend la formation spécialisée des forces burundaises en génie combat, communications, secours des blessés de guerre, entretien des véhicules, logistique et renseignement militaire et que les États- Unis ont soutenu la position du Burundi à prendre le Commandement de la Mission de l’Union Africaine en Somalie.