Accréditation de quatre nouveaux ambassadeurs au Burundi

Le président de la République du Burundi, M. Pierre Nkurunziza, a reçu successivement en audience ce mardi 26 mars 2019 quatre nouveaux ambassadeurs venus lui présenter leurs lettres de créance.

Il s’agit des ambassadeurs de la Guinée Equatoriale, M. Samuel Ateba Owono Iyanga (photo: à gauche) basé à Brazzaville, de la Pologne, M. Krzystof Buzalski basé à Dar-Es-Salaam, du Bénin, M. Eric Franck Michel A. basé à Pretoria et celui du Royaume de Suède, M. Anders Sjoberg basé à Dar-Es-Salam.

A la fin des audiences, le porte-parole adjoint du président de la République, M. Alain Diomède Nzeyimana, a indiqué que tous les quatre ambassadeurs ont félicité le peuple burundais qui, à travers l’équipe nationale de football, vient de se qualifier pour les finales de la Coupe d’Afrique des nations
qui aura lieu aux mois de juin et juillet 2019 en Egypte.

Selon M. Nzeyimana, les deux pays africains, la Guinée Equatoriale et le Bénin, ont particulièrement remercié le peuple burundais et le gouvernement du Burundi qui se mettent ensemble dans les travaux de développement et aussi dans la lutte contre le néocolonialisme qui prend ses racines ces derniers jours mais qui, heureusement, a été découvert à temps par les Burundais.

Au cours de l’audience, le nouvel ambassadeur de la Guinée Equatoriale a rappelé qu’il y a des conventions déjà signées entre les deux pays et que les deux présidents se parlent régulièrement. Ils ont évoqué le fait qu’il n’y a pas longtemps que la Guinée Equatoriale était pauvre mais que suite à l’exploitation des sources minières et du pétrole, ce pays se développe très rapidement. Le Burundi devrait copier ces avancées, a-t-il souhaité. Le Burundi, qui dispose d’une main-d’œuvre qualifiée en construction, pourrait coopérer avec ce pays dans ce domaine, d’après les entretiens qu’ils ont menés.

Au cours de l’entretien entre le président Nkurunziza et l’ambassadeur de la Pologne au Burundi, les deux personnalités ont évoqué le fait que la Pologne est au Burundi depuis 30 ans et dispose de 30 centres de santé. Ce nouvel ambassadeur a affirmé que son pays va continuer à développer ce secteur. Mais, a-t-il précisé, son pays aimerait aussi investir dans le tourisme et l’agriculture.

L’entretien entre le président Nkurunziza et l’ambassadeur du Bénin a porté sur la coopération entre les deux pays dans le domaine de la médecine. Le porte-parole adjoint du président de la République a rappelé qu’il y a beaucoup de Burundais au Bénin, surtout les étudiants en médecine. Le Bénin compte continuer la coopération dans ce domaine, mais aussi y ajouter l’agriculture et l’élevage. Le chef de l’Etat burundais a remercié ce pays qui a soutenu le Burundi dans les moments difficiles.

Concernant le Royaume de Suède, il a indiqué qu’il est présent au Burundi depuis 1930 à travers l’Eglise pentecôte qui œuvre dans le secteur de la santé. Il importe aussi du café burundais avec une valeur de 4,5 millions de dollars américains par an.

26 mars (ABP)