UN BILAN PAS MAUVAIS POUR 12 MOIS, ALORS QUE POUTINE NOUS DIT « NOUS N’AVONS MÊME PAS ENCORE VRAIMENT COMMENCÉ »

Par Bruno  Bertez

Cela fait presque 12 mois que les Russes ont publié leur demande de négociation sur la sécurité à l’OTAN. 

Avec quelques rebondissements et quelques retards tactiques ici et là, les Russes ont maintenant une dizaine de résultats.

1. L’inversion de l’axe mondial nord-sud, les Européens payent désormais le Sud mondial émergent (par exemple, à l’Inde) pour leur role dans la médiation des ressources russes de la chaîne d’approvisionnement énergétique, alimentaire et des engrais.

2. La chute et la défaite d’un certain Juan Gerardo Guaidó Márquez en tant que chef des champs pétrolifères vénézuéliens -je veux dire, américains-latins-. … et un peu de mendicité nord-américaine au passage! .

3. La démilitarisation des régions frontalières ukrainiennes et la proclamation de l’intégration constitutionnelle des nouveaux territoires .

4. Dé-nazi-fication de la politique ukrainienne qui est obligée de mettre en arrière plan/de cacher ses nazis; progression lente jusqu’à ce que Zelenski tombe dans la stupeur nasale de la neige blanche.

5. Reconstruction en cours d’un petit État tampon agraire entre la Russie-Biélorussie et les purs et durs de l’OTAN polono-baltes.

6. Exposition de recherches néfastes sur la bio-ingénierie, du terrorisme des gazoducs, ainsi que du gang Biden « FTX » crypto wash-n-rinse-n-repeat « 10% pour le Big Guy » .

7. Le clivage géopolitique naissant mais clarifié entre le G7et le G20; fracture apparente au sein du G7 le long des lignes européennes (pauvre caniche) et américaines (loup affamé).

8. Le pillage, la mise à sac apparente de l’arsenal militaire de l’ouest de l’Otan, ainsi que le dégazage de l’industrie et de la société civile européennes avec un risque croissant d’instabilité politique au Royaume-Uni, en Allemagne. La destabilisation des sociétés civiles européennes et l’enfoncement de l’UE dans la dette.

9. Le réalignement de la Turquie en tant que plaque tournante du transit gazier russo-européen et le début de la fin de l’occupation américaine/OTAN de l’est de la Syrie et peut-être de l’Irak. 

10. La consolidation d’un alignement Russie-Chine et un glissement mondial vers les BRICS+ et de l’OCS – avec l’étude d’un nouveau système mondial de monnaie d’échange alternatif .

Pas mal alors que Poutine nous dit « nous n’avons même pas encore vraiment commencé » !

Ht IMO

EN PRIME

La guerre en Ukraine révèle la « dure réalité » des capacités d’armement de l’Occident, rapporte le Financial Times

Près de 10 mois après le début de la guerre, les alliés soutenant l’action militaire de Kiev craignent de plus en plus de devoir augmenter la production de munitions alors que le conflit érode leurs stocks.

L’enjeu n’est pas seulement la capacité de l’Occident à continuer à fournir à l’Ukraine les armes dont elle a besoin, mais aussi la capacité des alliés à montrer à des adversaires comme la Chine qu’ils disposent d’une base industrielle capable de produire suffisamment d’armes pour se défendre de manière fiable contre une éventuelle attaque.

« L’Ukraine nous a concentrés … sur ce qui compte vraiment », a déclaré William LaPlante, le principal acheteur d’armes du Pentagone, lors d’une récente conférence à l’Université George Mason. « Ce qui compte, c’est la production. La production compte vraiment. »

Après avoir envoyé plus de 40 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine, principalement à partir des stocks existants, les ministères de la Défense des États membres de l’OTAN constatent que les chaînes de production d’armes dormantes ne peuvent pas être activées du jour au lendemain. L’augmentation de la capacité nécessite des investissements, qui à leur tour dépendent de l’obtention de contrats de production à long terme.

Un bilan pas mauvais pour 12 mois, alors que Poutine nous dit « nous n’avons même pas encore vraiment commencé »

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail