Traité de Kiganda : Le président de l’Assemblée nationale rend hommage au Roi Mwezi Gisabo

A sa deuxième journée de vacances parlementaires en province de Muramvya, le président de l’Assemblée nationale Gélase Daniel Ndabirabe a effectué jeudi 4 novembre 2021, une visite au site touristique du Traité de Kiganda, en commune Kiganda de la province Muramvya.

Novence Nkeshimana, guide touristique a raconté au président de l’Assemblée nationale toute l’histoire du Burundi, depuis la naissance du royaume au 15 ème siècle jusqu’au Traité de Kiganda le 6/6/1903 entre le roi Mwezi Gisabo et les allemands. Un traité par lequel le Burundi a perdu sa souveraineté.

Le président de l’Assemblée nationale Gélase Daniel Ndabirabe a été très édifié par l’histoire de la lutte menée par le roi Mwezi Gisabo en défendant l’honneur de son pays. S’il a accepté de signer le traité de Kiganda, c’est par sagesse qu’il l’a fait, il a évité que le peuple périsse sous les armes des allemands. Le président de l’Assemblée nationale a rendu un grand hommage au roi Mwezi Gisabo. Pour lui, il fut un homme politique, un bon leader, un grand guerrier plein de sagesse et de patriotisme.

La commune Kiganda a une riche histoire malheureusement méconnue du public alors qu’elle est pleine de leçons morales qui devraient instruire les générations actuelles et futures, a indiqué Gélase Daniel Ndabirabe. Il a émis le souhait que des émissions sur cette histoire du Traité de Kiganda soient produites à grande échelle.
Il a fait savoir que les allemands devront rembourser au Burundi les 424 têtes de bétail que le roi Mwezi Gisabo a payées injustement comme amande. Les allemands devront également indemniser le Burundi pour tous ses citoyens tués alors qu’ils ne défendaient que leur pays.

Le président de l’Assemblée nationale Gélase Daniel Ndabirabe a par la suite visité la ferme de l’opérateur économique Jean Baptiste Simbare. La ferme compte 62 vaches qui donnent en moyenne 420 litres de lait par jour.

Cette ferme emploie 200 ouvriers qui perçoivent des salaires qui s’élèvent à plus de trois millions par mois. La ferme de l’opérateur économique, Jean Baptiste Simbare a servi de modèle d’élevage en stabulation permanente et a contribué dans l’amélioration du bétail.

 
Par BARANGENZA Laurent

 

 
Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail