Le Burundi et le Rwanda sur le chemin de la réconciliation

Réunions entre autorités provinciales ou sécuritaires, remises réciproques de ‘’rebelles’’, etc. Entre le Burundi et le Rwanda, les gestes de rapprochement se multiplient.

Lundi 25 octobre. Les gouverneurs des provinces de l’est et du sud du Rwanda et ceux de Kirundo et de Muyinga au nord du Burundi se sont rencontrés au poste frontalier de Gasenyi-Nemba, province de Kirundo.

A la tête de la délégation burundaise, Albert Hatungimana, gouverneur de Kirundo et celui de Muyinga, Jean-Claude Barutwanayo.

Côté rwandais, Emmanuel Gasana, gouverneur de la province de l’Est accompagné de Mme Alice Kayitesi, gouverneur du Sud.

Sont également présents des administrateurs communaux (Busoni, Ntega, Kirundo, Bugabira, Giteranyi, Bwambarangwe) et les responsables rwandais de districts frontaliers, ceux des services de force de défenses et de sécurité, les services de santé et migration.

« L’objet de la rencontre était d’évaluer ensemble la sécurité sur la frontière (maritime et terrestre) et une prise de contact entre les administratifs provinciaux et communaux. C’était aussi pour échanger sur la fraude à la frontière et renforcer la communication entre nous », a indiqué Albert Hatungimana, gouverneur de Kirundo.

Joint par téléphone, ce mardi 26 octobre, il s’est réjoui de la bonne situation sécuritaire à la frontière : « Il n’y a plus de provocation, pas de méfiance entre les Burundais et les Rwandais sur la frontière. Aujourd’hui, nous échangeons des malfaiteurs attrapés de part et d’autre. »

Il assure que les provocations ont diminué : « Les Rwandais ne dépassent plus les limites pour s’introduire dans les eaux burundaises, sur les lacs du Nord. »

Après cinq heures d’échanges, les deux parties se sont convenues de renforcer la communication, de sensibiliser la population sur la réglementation régissant la frontière et migration, de lutter ensemble contre la fraude et la Covid-19, la criminalité et vol transfrontalier.

M.Hatungimana ajoute qu’ils se sont également mis d’accord pour une rencontre trimestrielle. Pour concrétiser les clauses de cette réunion, il annonce qu’une vache volée dans le district de Gisagara au Rwanda et amenée au Burundi sera bientôt remise aux autorités rwandaises.

Kirundo n’était pas la première

15 octobre, à la frontière burundo-rwandaise de Ruhwa, une autre rencontre avait eu lieu entre une délégation burundaise pilotée par Carême Bizoza, gouverneur de Cibitoke et celle venue du Rwanda avec à la tête le gouverneur de l’Ouest.

A cette occasion, les deux parties avaient noté une amélioration de la situation sécuritaire sur la frontière commune. Un souhait de reprise des échanges commerciaux a été émis. « Nous sommes tous très convaincus qu’il est grand temps de favoriser la libre circulation sur nos frontières », avait déclaré François Habitegeko, gouverneur de l’ouest du Rwanda.

A l’issue de la rencontre, les deux parties s’étaient mis d’accord sur le partage d’informations sur les criminels qui se cachent de part et d’autre des frontières et de se rencontrer tous les trois mois.

Une rencontre du genre avait aussi eu lieu, le 6 août, entre le gouverneur de Kayanza et son homologue de la frontière de la province du sud du Rwanda, à la frontière de Kabarore-Nshili.

Remise réciproque de ‘’rebelles’’

Deux remises des rebelles attrapés au Rwanda et au Burundi ont déjà été effectuées pour renforcer la bonne collaboration entre les deux pays. La plus récente date du 19 octobre. Les autorités burundaises ont remis onze présumés combattants du Front national de libération (FLN) aux autorités rwandaises essentiellement composées d’officiers de l’armée.

Cette remise s’est déroulée sur la frontière burundo-rwandaise de Gasenyi-Nemba dans la province de Kirundo, au nord du Burundi. Des fusils, des munitions et autres matériels militaires ont été remis à l’armée rwandaise. Une opération effectuée en présence du mécanisme conjoint de vérification élargi (MCVE), un organe de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), de l’Union Africaine (UA), de l’ONU, etc.

De leur côté, les autorités rwandaises avaient remis, au mois de juillet dernier, 19 présumés rebelles. Ils sont soupçonnés d’avoir mené une attaque meurtrière dans le nord du pays, en septembre 2020.

La population s’impatiente

Lors de la rencontre de Ruhwa, les gouverneurs de deux provinces voisines (François Habitegeko en lunettes et Carême Bizoza) se sont engagés à partager des informations sur les crimes transfrontaliers.

Que ce soit à Muyinga, ou à Kirundo, la rencontre du 25 octobre a été une bonne nouvelle pour la population. « C’est vraiment important pour nous. On attendait depuis longtemps ce genre de réunions pour voir comment rétablir les bonnes relations. Le Rwanda nous manque », confie Isidore, un habitant de la commune Giteranyi, province Muyinga. Joint par téléphone, mercredi 27 octobre, il rappelle qu’avant la crise de 2015, les Rwandais et les Burundais se côtoyaient tous les jours : « On pouvait traverser facilement le lac Rweru pour aller travailler au Rwanda ou rendre visite à des amis rwandais. Beaucoup de tonnes de haricot passaient par le Rweru vers le Rwanda ou vice-versa. » Isidore se dit très impatient de revoir les Rwandais et les Burundais revivre cette situation.

Igiraneza, un habitant du centre Kirundo abonde dans le même sens : «Nous avons bien accueilli cette réunion. Il est vraiment temps que les relations redeviennent normales, amicales. Que la frontière soit rouverte. » Et de faire remarquer qu’avant la détérioration des relations, les Burundais n’avaient pas besoin de laissez-passer pour se rendre au Rwanda. Et d’ajouter aussitôt : «Les Rwandais venaient souvent à Kirundo. Ils aiment beaucoup les produits Brarudi, les Ndagala, etc. Et ceux qui œuvrent dans le domaine du transport gagnaient beaucoup d’argent. Le trafic était très intense à la frontière de Nemba-Gasenyi. » Il espère que la réouverture de la frontière est proche.

Par

 
Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail