Pas de passeport sans présence physique
Le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a suspendu ce 21 juin l’octroi des documents de voyage sans la présence physique des demandeurs. Ces requérants interrogés disent ne pas apprécier cette mesure.

« C’est injuste. C’est une décision qu’on n’a pas apprécié du tout. Imaginer avoir besoin d’un document qui coûte 100 dollars et tu te retrouves obligé de payer plus », se plaint un Burundais vivant à l’étranger.

Dans une lettre envoyée à la police chargée des migrations, le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a interdit aux responsables du domaine des migrations de délivrer les documents de voyage sans présence physique du demandeur.

« J’ai l’honneur de vous demander d’instruire les responsables des migrations de suspendre l’octroi des documents de voyage sans présence des requérants », peut-on lire dans cette lettre.

Une mesure qui touchera beaucoup plus les Burundais qui vivent à l’étranger. Selon ces derniers, ils n’ont pas apprécié cette décision : « Prendre l’avion juste pour chercher un document de voyage ? Vous savez combien cela coûte pour organiser un voyage. Pour nous qui habitons au Canada, nous sommes obligés de passer par Washington pour demander un visa et rentrer chez nous. Sans oublier ces histoires de covid-19. Nous demandons que cette décision soit levée», demande F. M. un Burundais qui réside au canada.

Mais d’après le ministre Gervais Ndirakobuca, les motifs que les requérants avancent ne sont plus valables : « Les frontières sont ouvertes et les restrictions de voyages vers le Burundi liées à la covid-19 sont pour le moment levées ».

Par