La ligne ferroviaire reliant Mombasa à Nairobi, au Kenya, entrera ce mois-ci dans sa phase d’essai, après deux ans et demi de travaux soutenus par l’expertise et les technologies chinoises.

Ce chemin de fer de 480 km constitue la première étape d’une ligne qui desservira à terme l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Soudan du Sud et représente un projet d’infrastructures clé lancé dans le cadre de l’initiative “la Ceinture et la Route”.
La ligne ferroviaire devrait permettre de réduire de 40% les coûts du fret, créer des emplois et stimuler la croissance économique au Kenya. L’entreprise chinoise chargée du projet a directement embauché plus de 37.000 travailleurs locaux au cours des travaux.

“Nous avons constaté d’énormes potentiels dans ‘la Ceinture et la Route’ lorsque cette initiative a été pour la première fois proposée en 2013”, a expliqué Liu Qitao, président de la China Communications Construction Co. (CCCC), dont une filiale est chargée de ce projet ferroviaire.

Des sociétés dépendant de la CCCC ont construit quelque 10.320 km d’autoroutes, 95 quais en eaux profondes, dix aéroports, 152 ponts et 2.080 km de chemins de fer dans les pays le long de “la Ceinture et la Route”, a précisé lundi M. Liu lors d’une conférence de presse.

Les projets internationaux assurés par cette entreprise reflètent l’enthousiasme des entreprises d’Etat chinoises vis-à-vis des opportunités offertes par “la Ceinture et la Route”, un réseau commercial et d’infrastructures visant à connecter l’Asie, l’Europe et l’Afrique.

Ces trois dernières années, 47 entreprises d’Etat administrées par le gouvernement central ont participé à 1.676 projets dans les pays et régions le long de “la Ceinture et la Route”, dans le cadre d’une coopération sur l’énergie, les infrastructures et l’industrie, a indiqué Xiao Yaqing, directeur de la Commission de contrôle et d’administration des biens publics (CCABP).

Le géant pétrolier chinois PetroChina a mené une coopération concernant 50 projets dans 19 pays, facilitant l’établissement de réseaux d’approvisionnement et de marché du pétrole plus efficaces, a déclaré Wang Dongjin, président de la société.
Les entreprises d’Etat chinoises disposent actuellement de 9.112 agences dans 185 pays et régions.

Les économies locales ont bénéficié des projets de “la Ceinture et la Route”, et les entreprises chinoises ont enrichi leurs expériences en matière d’expansion internationale, notamment dans la gestion et la formation du personnel.

Au fil de ce processus, les entreprises chinoises ont joué un rôle important dans la promotion de la mondialisation et ont contribué à la reprise de l’économie mondiale en encourageant un commerce plus libre et les échanges culturels, a affirmé M. Xiao.

La CCABP continuera d’encourager les entreprises d’Etat à participer aux projets de construction importants dans le cadre de l’initiative et à apporter davantage de contributions au développement durable de l’économie mondiale, a indiqué M. Xiao.
D’après des statistiques officielles, la Chine a signé de nouveaux contrats portant sur une valeur totale de 126 milliards de dollars pour des projets dans les pays le long de “la Ceinture et la Route” en 2016, en hausse de 36% sur un an.

Dans le contexte de faible croissance et de stagnation des investissements et du commerce dans le monde, cette initiative a remporté un large soutien. Plus de 40 pays et organisations internationales ont signé des accords avec la Chine pour conjointement faire avancer cette initiative.

Près de vingt pays et une vingtaine d’organisations internationales devraient signer des documents de coopération avec la Chine lors du Forum de “la Ceinture et la Route” (FCR) pour la coopération internationale qui se tiendra les 14 et 15 mai à Beijing et auquel assisteront des représentants venus de 110 pays.

Xinhua