Les donateurs se sont engagés à continuer de soutenir la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), afin de stabiliser ce pays éprouvé par des attaques terroristes.

Dans un communiqué publié vendredi, la mission de l’UA a fait savoir que des représentants de l’Union européenne (UE), des Nations unies, du Royaume-Uni, du Centre africain pour la résolution constructive des différends (ACCORD), s’étaient engagés à aider la plus grande mission de paix et de sécurité de l’Afrique à sortir la Somalie de la guerre civile.

Francisco Madeira, Représentant spécial du président de la Commission de l’Union africaine (SRCC) pour la Somalie, a déclaré lors d’une réunion à Nairobi que cette mission n’avait pas réussi à atteindre certains de ses objectifs du fait de contraintes financières, contraignant les responsables à chercher des moyens alternatifs.

“Le manque de financements adéquats a été un défi majeur dans la mise en œuvre du budget 2016. Les ressources nécessaires pour financer nos projets n’étaient pas disponibles, en fait aucune ressource n’était disponible”, a déclaré M. Madeira.

Le responsable a appelé la communauté internationale à continuer de soutenir la mission.

Cet engagement a été donné à l’occasion d’un événement de cinq jours à Nairobi réunissant les hauts dirigeants de l’AMISOM et les donateurs.

Ce sommet avait pour objectif d’établir une liste d’activités et des budgets correspondants pour guider la mission dans sa stratégie de sortie qui doit entrer en vigueur au second semestre de 2018.

Albrecht Braun, représentant de l’UE et des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (UE-ACP), a salué l’AMISOM pour son rôle dans la pacification de ce pays au sortir de décennies de guerre et d’anarchie.

“Il est clair pour tout le monde que sans l’AMISOM, la Somalie ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Beaucoup de choses ont été accomplies, grâce à l’AMISOM, ce qui a donné au processus politique l’occasion de progresser”, a dit M. Braun.

James Haggerty, représentant de l’ambassade du Royaume-Uni en Somalie, a réaffirmé l’importance d’obtenir l’adhésion et le soutien de la population somalienne, si l’on espère voir les efforts de stabilisation porter leurs fruits, tout en saluant l’AMISOM pour ses efforts dans la réalisation de ses objectifs.

“Nous souhaitons continuer de développer une relation très étroite avec l’Union africaine et avec l’AMISOM en particulier à Mogadiscio”, a déclaré M. Haggerty.

Les problèmes soulevés lors de cette réunion comprennent le soutien aux processus politiques, le secteur de la sécurité, la stabilisation et la reconstruction, la protection des droits humains et de l’égalité des genres. 

(Xinhua 04/03/17)