Emmanuel Niyonkuru, 54 ans, ministre de l’Eau, Environnement,de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme a été assassiné à Minuit 45 minutes de ce premier jour du Nouvel an 2017 par un inconnu qui a réussi à prendre fuite.

Le Porte-parole de la Police, Pierre Nkurikiye a aussitôt twitté l’information annonçant que le ministre assassiné se dirigeait chez lui dans le quartier Rohero de la ville de Bujumbura.

Une femme qui était en sa compagnie au moment où il a été tué a été arrêtée pour qu’elle puisse donner des pistes d’investigation.

La famille du ministre qui vit à l’étranger, ainsi que tout le pays est tombée des nues moins de deux heures après la célébration du Réveillon 2017 à Bujumbura. Selon le porte-parole de la police burundaise, “le ministre Niyonkuru a été assassiné chez lui vers 00:45 au moment où il rentrait du restaurant Chez André“.

Il a reçu trois balles de pistolet au niveau de l’oreille droit, “des tirs à bout portant par un homme qui était sûrement assis à ses côtés dans le véhicule. Une femme se trouvait au siège arrière du véhicule. Elle doit avoir vu l’assassin, de même que l’agent de la société de gardiennage qui a ouvert le portail“.

Ces deux personnes, ainsi que la sentinelle du ministre qui affirme qu’elle dormait au moment du crime, ont tout de suite été arrêtées.

Un assassinat facilité par le fait que le ministre ne disposait d’aucune protection particulière (certaines personnalités sont récalcitrant), à part le gardiennage de son domicile sis à Rohero, près de l’Université du Burundi.

La rédaction