Chers lecteurs, chers contributeurs,

En mars 2015, le site burundi-24.com a été lancé par des Burundais volontaires et bénévoles, épris de paix et de vérité, surtout rejetant le mensonge éhonté des détracteurs des institutions en place qui alertaient sur un génocide au Burundi. Une machine de guerre médiatique était alors en branle pour écraser le pouvoir en place comme ce fut le cas pour Kadhafi ou Saddam Hussein. Tout était mis en œuvre pour diaboliser les autorités burundaises, dénigrer le processus électoral en cours et précipiter le Burundi dans un chaos justifiant l’envoi des troupes étrangères. Nous avons vu venir le coup et avons pris le courage des résistants.

En effet, constatant l’absence quasi-totale de l’information objective sur le Burundi et la prédominance du dénigrement des autorités, des insultes et des appels à mettre à genoux les institutions qui respectent l’esprit de l’Accord d’Arusha et la constitution, nous avons décidé de sortir nos gongs comme des boxeurs d’un ring d’un autre genre et de la stupeur qui paralysait bien des Burundais. Nous avons dit haut et fort “BASTA” ! Basta contre les éternels fossoyeurs de la paix au Burundi qui savent toujours “pêcher dans les troubles” et au moyen des flots des larmes de crocodiles. Nous nous étions donné une noble mission d’éclairer et d’informer l’opinion tant nationale qu’ internationale sur le fond du problème burundais. Le site est vite devenu une référence pour bien des Burundais et des étrangers qui découvraient une autre voix, un autre cri strident.

Actuellement, le site burundi-24.com reçoit entre 12.000 et 14.000 visiteurs uniques par jour. La majorité est au Burundi et dans bien des pays africains où vivent des Burundais et des amis du Burundi : en Belgique, en France, aux Pays-Bas, avec une grande audience au Rwanda, au Canada et aux Etats Unis d’Amérique. Et dans ces pays cités, nous avons pu y compter pas mal de contributeurs qui nous envoyaient des informations, des clins d’œil, quelque soutien moral voire des critiques constructives. Comme dans tout métier à risques, nous avons eu aussi droit à des insultes, à des menaces et jamais aucun soutien financier!

Aimables lecteurs, chers contributeurs,

Il sied de souligner que nous avons été les premiers à oser dénoncer le plan déstabilisateur du Rwanda, le rôle très nocif de la Belgique, des USA surtout à travers le lobby de Samantha Power (connue comme membre fondateur de la RPA et amie fidèle d’Alexis Sinduhije). De mars 2015 à février 2016, nous avons produit beaucoup d’articles d’analyse bien documentés sur les dangers qui guettaient les institutions burundaises en général et le système CNDD-FDD en particulier. D’après les différents témoignages des lecteurs assidus du site, nous avons fait un travail remarquable. Nous avons réalisé un exploit: de renverser la vapeur quant au vent violent qui menaçait le Burundi à travers les médias locaux et internationaux; nous avons poussé les pyromanes à faire profil bas et nous avons réussi à ouvrir les yeux à des nombreux Burundais et étrangers qui étaient tombés dans le piège des vendeurs du “mandat”!

Ce qui a été très décevant cependant, c’est de voir que les autorités burundaises n’ont jamais apporté le moindre soutien à notre initiative. Oui, nous avons tenu bon sans soutien ni technique ni financier des autorités burundaises, et cela face à la galaxie des sites d’informations accablantes montées de toutes pièces par les Sindumuja qui sont bien financés par l’opposition et leurs éternels bailleurs de fonds de l’Occident. Nous avons souffert de voir les autorités burundaises garder les mêmes habitudes d’avant la crise (où la communication et la diplomatie étaient le cadet de leurs soucis) comme si aucune leçon n’était à tirer de la crise!

Devant l’indifférence des autorités burundaises, face au manque de soutien financier des bonnes volontés qui soutiennent le pouvoir de Bujumbura, et suite à la montée du niveau des menaces de mort sur les rédacteurs du site, nous décidons d’arrêter l’aventure. C’est vraiment avec beaucoup de peine que nous devons dire adieu à nos lecteurs. Et quelque part nous sommes néanmoins consolés par l’évolution de la situation sur terrain car les autorités burundaises semblent sur le point de relever le défi épineux de l’insécurité à Bujumbura.

Aimables lecteurs, chers contributeurs,

Permettez-nous d’exprimer notre gratitude aux commentateurs pour les critiques constructives qui nous ont permis d’améliorer la clarté, la profondeur de nos argumentations. Merci aux contributeurs pour vos articles riches dépourvus de blessures narcissiques. Merci tout de même à quelques rares autorités burundaises qui ont daigné nous faire part de leur soutien moral et des messages de félicitations. Ce fut tout très scandaleux de savoir qu’un budget existe pour appuyer les initiatives du genre mais que nul ne savait comment il était géré! Et comme dit l’adage:” les mêmes causes mènent aux mêmes effets”! Très dommage, n’est-ce pas?

C’était du reste un privilège peu commun d’être au cœur de l’actualité burundaise pour défendre les institutions issues de la volonté populaire et d’exhorter nos compatriotes, toutes ethnies confondues, à ne pas suivre les sirènes des Sindumuja et les cadeaux empoisonnés du président Paul Kagame du Rwanda. Cette expérience a été très enrichissante et instructive. Nous implorons votre indulgence, aimables lecteurs, chers contributeurs, pour cette décision qui vous prend de court et ne tient pas compte de votre attachement à ce patrimoine qui était devenu le votre. C’est dans cet esprit que nous n’osons pas retirer immédiatement le site mais le gardons en ligne. Bien entendu, nous allons tout mettre en œuvre pour éviter que le nom du domaine ne soit pas récupéré par des opportunistes ou des esprits sans scrupules qui n’hésiteraient pas à se jeter sur l’aubaine d’avoir un site qui avait autant de fidèles!

Que Dieu vous bénisse et bénisse le Burundi. Bye Bye!

Bacinoni Roberto, Paul Sorongo et toute l’Equipe B-24