Commémoration du 29ème anniversaire de la charte de l’unité nationale

Le Burundi a célébré mercredi 05 février 2020; le 29éme anniversaire de la charte de l’unité nationale. Les hautes autorités du pays ont effectué des descentes à travers tout le pays. Les cérémonies ont partout débuté par le dépôt des gerbes de fleurs aux monuments de l’unité nationale.

En province de Muyinga, le Chef de l’Etat Pierre Nkurunziza et son épouse ont rehaussé de leur présence les cérémonies. Les cérémonies ont débuté par le dépôt des gerbes de fleurs au monument de l’unité national par le couple présidentiel.

Dans son discours de circonstance, le Chef de l’État est revenu sur le thème du mois de février qui est aussi le thème retenu pour la célébration de la dite fête et qui était libellé ainsi: “L’unité est un héritage légué par nos ancêtres, capitalisons-la, en capital durable et en bouclier du Burundi”.

Il a rappelé que l’unité n’est pas instaurée en 1991, mais que l’unité existait bel et bien avant l’arrivée des colonisateurs au Burundi.

Elle se matérialisait depuis longtemps par la même culture burundaise, une même langue, “Ie Kirundi”, la façon de célébrer les fêtes familiales : dot, mariage, funérailles, deuil etc. « Ce sont les colons qui sont venus semer les divisions », a-t-il martelé.

Le Chef de l’État est revenu sur les travaux qui ont été réalisés au Burundi grâce à la cohésion sociale et l’unité depuis 2005. Des stades modernes, une trentaine d’universités pour ne citer que ceux-là, ont été construits lors des travaux de développement communautaires où les travaux étaient exécutés en toute cohésion des burundais.

Il a également rappelé que grâce à l’unité qui caractérise les burundais ces jours, sur 3002 collines que compte le pays, les ennemis qui ont tenté d’attaquer le pays en 2019, n’ont pas dépassé 2 collines car, la population a bien compris la valeur de la paix et de l’unité des burundais a-t-il martelé. Il a profité de cette occasion pour remercier la population pour cette cohésion qu’elle a manifestée en luttant contre ces ennemis du pays.

Il a terminé son allocution, en prodiguant des conseils allant dans le sens d’accepter à vivre dans la diversité et faire de l’héritage ancestral, une fondation stable pour développer le pays.

En province Muramvya le deuxième Vice-président de la République Joseph Butore, en compagnie du Ministre de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage Déo Guide Rurema parrain de la province Muramvya, a rehaussé de sa présence les cérémonies marquant le 29ème anniversaire de la charte de l’unité nationale.

Les cérémonies ont commencé par le dépôt des gerbes de fleur sur le monument de l’unité à Muramvya, puis les discours de circonstance ont été prononcés au stade royal de Muramvya où le deuxième vice-président qui a représenté le gouvernement dans ces cérémonies a repris le message à la nation du chef de l’Etat prononcé la veille des festivités. Il a rappelle que le Burundi a toujours été caractérisé par l’unité et la concorde jusqu’arrivée du colonisateur qui a semé la division.

Les cérémonies commémoratives de la charte de l’unité nationale dans cette province ont vu la présence des parlementaires élus dans cette circonscription, les hauts cadres de la 2ème vice-présidence et les cadres de cette province.

En province Rumonge les cérémonies marquant le 29ème anniversaire de la charte de l’unité nationale ont été rehaussées par la présence du président de l’Assemblée nationale Pascal Nyabenda et ses deux Vice-présidents, le ministre en charge de la jeunesse et des TICs, marrane de la province ainsi que les cadres de l’Assemblée nationale. Les cérémonies ont également débuté par le dépôt d’une gerbe de fleurs au monument de l’unité nationale par le Président et son épouse.

Dans son discours de circonstance, le Président de l’Assemblée nationale qui a représenté le Gouvernement a rappelé que le Burundi a toujours été caractérisé par l’unité et la concorde jusqu’arrivée du colonisateur qui a semé la division entre burundais.

Le président de l’Assemblée nationale a félicité la population de la province Rumonge qui a su sauvegarder la paix et l’unité nationale, ce qui lui a permis de développer sa province. Il a promis de rester à ses côtés et de la soutenir dans ses activités de développement.

En province Mwaro, les cérémonies marquant le 29ème anniversaire se sont déroulées en commune Kayokwe en présence du 1er vice-président de la République Gaston Sindimwo. A la veille des élections, Gaston Sindimwo a demandé à la population de la province Mwaro de voter chacun en faveur du candidat de son choix, dans l’unité et la tranquillité et de cohabiter pacifiquement malgré leur diversité politique.

Les cérémonies marquant le 29ème anniversaire de la charte de l’unité dans la province Gitega ont commencé par une messe célébrée par l’Archevêque Simon Ntamwana à la Paroisse St Sacrement de Rukundo. Ont pris part à cette messe, le 1er VP du Sénat, l’ancien président Sylvestre Ntibantunganya et d’autres hautes autorités du pays.

Après la messe, les cérémonies se sont poursuivies à la place de l’unité érigée dans le centre ville. Ils ont été honorés par la présence du Président du sénat Révérien Ndikuriyo qui était porteur du message du Chef de l’Etat. Il a demandé la population de Gitega à préserver l’unité nationale en vaquant à leurs activités dans des coopératives pour arriver au développement durable. Il a aussi interpellé les administratifs à lutter contre corruption, ennemi redoutable du développement.

Et dans la mairie de Bujumbura, les cérémonies ont été rehaussées par la présence de l’Ombudsman du Burundi Edouard Nduwimana. Dans son discours de circonstance, Edouard Nduwimana a demandé instamment aux citadins de la mairie de Bujumbura d’être laborieux et de travailler assidument pour développer cette ville pour qu’elle devienne réellement une capitale économique digne de ce nom.

Selon l’Ombudsman, la capitale économique se mérite. « A défaut des services et structures adéquats pour propulser cette ville à un niveau économiquement viable, la capitale économique peut être transférée ailleurs », a averti l’Ombudsman.

Par NKURUNZIZA Dieudonné