BUJUMBURA, 6 mai (Xinhua) — La malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans fait perdre au Burundi environ 102 millions de dollars par an, a indiqué mardi l’UNICEF en citant l’ analyse de la situation de la malnutrition au Burundi réalisée en 2013.

“Cette malnutrition hypothèque la croissance économique et ruine les investissements que le Burundi souhaiterait réaliser dans les autres secteurs tels que la santé, l’agriculture et l’ éducation. Pour faire face à ce défi, la mise en place de politiques de protection sociale, combinées à un accès renforcé et pérenne aux services essentiels (en particulier l’eau, l’éducation et la santé), semble être la voie de l’avenir”, a déclaré le Représentant de l’UNICEF au Burundi, Johannes Wedenig, lors d’un atelier de dissémination du rapport de la revue des filets sociaux de sécurité organisé à Bujumbura.

D’après lui, dans un pays pauvre comme le Burundi où le système actuel de protection sociale formelle couvre moins de 20% seulement de la population et où les méthodologies de ciblage existantes ne garantissent pas toujours la prise en compte des besoins spécifiques de certaines catégories de la population, les autorités devraient “prêter une attention particulière au rôle et à la contribution des femmes et à l’importance d’investir dans la nutrition des enfants”.

Il a réitéré l’engagement de l’UNICEF “à collaborer avec le gouvernement du Burundi et les autres partenaires afin de trouver un appui conséquent pour élaborer et opérationnaliser une stratégie cohérente de mise en oeuvre de la politique nationale de protection sociale inclusive et durable”.

La revue des filets sociaux de sécurité au Burundi, qui est encore dans sa version provisoire, se veut être une contribution à la mise en oeuvre de la politique nationale de protection sociale.