Des chercheurs israéliens créent une bactérie qui consomme du CO2

Pendant plusieurs mois, des chercheurs israéliens ont développé une souche de bactérie E. coli qui, par manipulation génétique, consomme du CO2 pour produire de l’énergie au lieu de composés organiques comme les sucres et les graisses.

L’équipe de scientifiques a réalisé un processus de « recâblage métabolique » afin de transformer le régime alimentaire de la bactérie pour qu’elle consomme du CO2 de la même manière qu’une plante. Les bactéries qui survivent normalement grâce au sucre ont été génétiquement modifiées pour les rendre capables de survivre grâce à la consommation de dioxyde de carbone

Ajout de gènes

Pour cela, les chercheurs ont ajouté à la bactérie des gènes qui métabolisent le CO2. Ils ont également supprimé les gènes de E. coli qui traitent généralement les composés du sucre.

‘D’un point de vue scientifique fondamental, nous voulions voir si une transformation aussi importante du régime alimentaire des bactéries – de la dépendance au sucre à la synthèse de toute leur biomasse à partir de CO2 – est possible’, a déclaré Shmuel Gleizer du Weizmann Institute of Science.

‘En plus de tester la faisabilité d’une telle transformation en laboratoire, nous voulions savoir à quel point une adaptation extrême était nécessaire en termes de modifications du schéma directeur de l’ADN bactérien.’

Étape importante

L’équipe a déclaré que ces résultats constituaient une étape importante dans la biologie synthétique. Les chercheurs ont également tenu à souligner ‘l’incroyable plasticité du métabolisme bactérien’ qui pourrait constituer un cadre pour la future bioproduction neutre en carbone.

‘Notre objectif principal était de créer une plate-forme scientifique pratique pouvant améliorer la fixation du CO2, ce qui pourrait permettre de relever les défis liés à la production durable d’aliments et de combustibles et au réchauffement planétaire causés par les émissions de CO2’, a déclaré Ron Milo, auteur principal, biologiste des systèmes au Weizmann Institute of Science.

Les chercheurs affirment que la prochaine étape consistera à mieux comprendre les conditions dans lesquelles la bactérie peut prospérer.

‘Cet exploit est une preuve de concept puissante qui ouvre une nouvelle perspective intéressante consistant à utiliser des bactéries modifiées pour transformer des produits que nous considérons comme des déchets en combustibles, aliments ou autres composés d’intérêt’, a déclaré le professeur Milo.

Source: BusinessAM