Au commencement, il y a les commissionnaires: l’Europe et les USA qui délèguent la Belgique pour immobiliser la proie, qu’est l’Afrique des Grands Lacs, riche de tous les minerais, avec de vastes terres inexploitées! On mentionne également le Rwanda de Paul Kagame, l’homme de toutes les sales et sanglantes besognes des impérialistes dans la sous-région. A son actif, trois présidents assassinés: Habyarimana et Ntaryamira en 1994, et Laurent Désiré Kabila en 2002. ‘’’

Ensuite, viennent les sous-traitants, comme dans chaque bonne industrie. Ils sont financés pour démolir le pays, neutraliser la proie. En effet, la Belgique a déclaré ouvertement qu’elle ne financera plus le gouvernement du Burundi, mais les contrepouvoirs. Il s’agit des ONG belges et européennes sensées assister les réfugiés dans les camps au Rwanda et en Tanzanie; des associations comme FORSC, APRODH, COSOME, Maison Shalom; des médias comme Groupevie Presse Iwacu, Inzamba et autres médias internationaux; et bien entendu du réseau des ex-FAB inconditionnels de Pierre Buyoya et Bernard Busokoza. Ils ont la mission de rendre le pays invivable et de perpétrer attentats et massacres jusqu’aux négociations devant écarter le gouvernement issu des élections! Pour le CNARED, c’est un épouvantail qui n’effraie personne! Il sert à brouiller les cartes!

En ce moment, l’Europe a l’embarras de choix: qui propulser vers le sommet de l’État burundais? Parce qu’un certain nombre de Burundais nourrissent un sentiment de rancune contre le gouvernement actuel, non pour le « troisième mandat », mais parce qu’ils espéraient, eux, monter au pouvoir! Ils sont opposants farouches par opportunisme! C’est le cas de Rufyikiri Gervais, Onesime Nduwimana ou par vengeance. C’est le cas des généraux FDD qui se sentaient moins en vue et nantis par rapport au général Adolphe, à Bunyoni etc.!

D’autres sont des hyènes pour plus sanguinaires rapaces et qui tirent les ficelles dans l’ombre. On y trouve Nininahazwe Pacifique, Alexis Sinduhije et autres aspirants, qui se sont agglutinés autour d’un magma: Sindumuja pour les tutsi! Ils sont à la solde de Pierre Buyoya et assimilés! Ils rêvent soit de conquérir le pouvoir dans un bain de sang innommable comme au Rwanda en 1994, soit d’imposer une alternance Hutu-Tutsi à la tête de l’Etat avec un plan apocalyptique pour réduire les Hutu au servage!
Par hypocrisie, ils sont unis par un seul intérêt: empêcher le gouvernement de gouverner à travers un cynisme sans égal devant les crimes monstrueux des escadrons de la mort du groupe à Buyoya avec l’appui des tueurs à gages rwandais!

Tout est habillé pour faire croire à une e union sacrée de l’opposition en exil et à une rébellion regroupant des combattants venant de deux ethnies. Mais tout se concentre dans les quartiers Tutsi de Bujumbura, avec une vitesse de plus pour massacrer dans les quartiers jusqu’alors calmes et hostiles à l’insurrection!

La crise burundaise est dite politique. Mais pourquoi tant d’agissements et de rougissements de Paul Kagame, des activistes comme cette scélérate Maggy Barankitse? Elle parcourt l’occident (et qui finance ses voyages et séjours de luxe) pour alerter contre un génocide!

Le troisième groupe est composé d’exécutants. Ce sont les jeunes violents montés par les sous-traitants à pluie de billets de banque (reçus de l’Europe). Leurs encadreurs étaient des Sans Echecs, terroristes de 1993. Ces jeunes sont manipulés, drogués, armés, puis envoyés comme des projectiles contre la Police et les civils qu’ils tuent et qu’ils brûlent.

Enfin, les résultats: beaucoup de meurtres dans la population civile, dans l’armée et la police, et au sein des miliciens eux-mêmes; destruction des biens. Et naturellement les commissionnaires se frottent les mains et ils trinquent.

Ntahoruri Boniface