comesa.jpgLes partenaires commerciaux de l’Afrique orientale et centrale ont seulement deux mois pour fournir un calendrier pour la suppression des contrôles aux frontières qui ont réduit la circulation des personnes et ralenti le rythme du commerce dans la région.

La nouvelle date limite,est fixée au 30 Septembre, suite à la signature d’un accord tripartite de libre-échange (TFTA) en Juin.

Le TFTA fusionne trois principaux blocs commerciaux de l’Afrique – la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), la Communauté est-africaine (EAC) et le Marché commun pour l’Afrique orientale et australe (Comesa) – d’où l’urgence pour les pays membres de revoir leurs exigences en matière de visa .

«Avec le lancement de l’accord COMESA-EAC-SADC et les négociations sur la zone de libre-échange continentale en Juin, le débat sur la libre circulation des personnes est devenu encore plus important que jamais auparavant”, a déclaré Inonge Wina vice-président de la Zambie dans un discours lu en son nom par le ministre de l’Intérieur, M. Davis Mwila au cours d’une réunion des ministres du Comesa à Lusaka.

Le protocole de visa est contenue dans le Traité du COMESA, mais la majorité des Etats membres ne l’ont pas ratifié invoquant des préoccupations de sécurité et des difficultés dans son interprétation. En outre, le Protocole sur la libre circulation des personnes, des services, du travail et du droit d’établissement et de résidence également dénommé Protocole sur la libre circulation (FMP) fait face à des difficultés similaires.

Le protocole de visa existe depuis 1984 et n’a pas encore mise en œuvre dans la région tandis que le FMP adoptée en 2001 a jusqu’ici été ratifié par le Burundi et signé par le Rwanda, le Kenya et le Zimbabwe.

Face à des problèmes causés par le ralentissement économique mondial, de nombreuses entreprises se tournent vers les marchés régionaux tels que le COMESA et l’EAC pour booster les performances.

Beaucoup de pays de la région ont conclu une zone de libre-échange (ALE) sous Comesa pour développer leurs volumes d’échanges. Dans le cadre du pacte de FTA, un groupe désigné de pays acceptent d’éliminer les tarifs, les quotas et les préférences sur la plupart (sinon tous) des marchandises échangées entre eux.

En Mars,l’île Maurice, le Rwanda et les Seychelles ont dit qu’ils imposeront plus des visas aux ressortissants du Comesa tandis que la Zambie a publié une circulaire de renonciation de frais de visa pour tous les ressortissants de bloc de 19 membres en mission officielle.

M. Gilles Hervio, chef de la délégation de l’Union européenne (UE) en Zambie et représentant spécial au COMESA, a exhorté les membre du bloc d’assouplir les règles de visa pour stimuler le commerce.”Pour que l’intégration économique et le libre-échange se produisent, les citoyens doivent être en mesure de se déplacer librement dans la région, aux côtés de biens et services. Ceci est un pilier essentiel de l’intégration régionale “, at-il dit aux ministres à Lusaka.

Il a dit que la libre circulation des personnes serait freiner l’immigration illégale et réduira les incitations à s’engager dans le crime organisé.

“Plus de restrictions aux voyages n’arrêtent pas la circulation des personnes, mais signifie simplement plus d’immigration illégale “, a déclaré M. Hervio.