La lettre écrite par certains députés néocolonialistes européens, proches de l’opposition et de la société civile burundaises, dont Maria Arena et Louis Michel au Procureur de la CPI vient prouver encore une fois leur tendance divisionniste et haineuse envers le peuple burundais. Les victimes des récents événements sanglants au Burundi ne sont pas seulement à chercher du côté de ceux qui sont contre le mandat du Président Pierre Nkurunziza.

Tous ces gens brûlés et /ou tués par les manifestants…et j’en passe, ne sont pas Burundais ou victimes et méritent que justice leur soit aussi rendue ? C’est honteux… Les citoyens européens qu’ils disent représenter devraient se désolidariser de cette démarche et réclamer plutôt que celle-ci soit faite d’une façon impartiale pour l’intérêt de la justice, et l’avenir du Burundi et du peuple burundais. Il serait bienvenu pour la CPI de déclarer irrecevable une telle correspondance.

Pour le CISCAP,
Innocent Bano, Président