source : Xinhua, 06/09/2014
La Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) a repris 15 villes qui étaient sous contrôle du mouvement terroriste Al-Shabaab, au cours de deux opérations depuis mars 2014.

“Au mois de mars, nous avons planifié une opération que nous avons dénommée l’Aigle au cours de laquelle nous avons menée des offensives simultanées dans tous les secteurs et nous avons pu libérer 10 villes qui étaient encore sous le contrôle de Al- Shabaab”, a indiqué le lieutenant-général Silas Ntigurirwa, commandant de l’Amisom, jeudi à Bujumbura.

Cette opération, a-t-il dit, a été extrêmement importante parce que la libération de ces villes a permis au gouvernement fédéral somalien de pouvoir finalement arriver dans des secteurs qui lui avaient été interdits, et que le gouvernement peut faire a une structuration administrative après la libération.

Selon le commandant de l’AMISOM, la deuxième opération, dénommée “océan Indien”, planifiée pour une période de trois mois, entre août et octobre 2014, “est en cours aujourd’hui”.

Elle a permis de libérer 5 villes, dont 2 sont maintenant contrôlées par le contingent burundais, 2 par le contingent ougandais et 1 par le contingent éthiopien, a-t-il précisé, ajoutant que ces libérations montrent que AL-Shabaab est en perte de vitesse.

Il a promis de l’affaiblir davantage au cours d’autres offensives sur les ports de l’océan Indien qui permettent à ce mouvement de se ravitailler et de recruter des étrangers.

“Bientôt, nous allons encore libérer les villes qui restent et qui permettent à Al-Shabaab de se ravitailler en armes et munitions et de recruter les combattants étrangers”, a-t-il martelé.

Il a indiqué que ces villes sont en réalité trois ports sur l’ océan Indien et que les troupes burundaises, ougandaises et kenyanes se préparent à faire des assauts pour les libérer.

Le commandant de l’AMISOM a indiqué que tout cela a été facilité par la revue en hausse des effectifs de l’AMISOM qui sont passés de 17.000 à 22.126.

Au sein de l’AMISOM, le Burundi dispose de six bataillons à côté des autres troupes en provenance de plusieurs autres pays dont l’Ouganda, le Kenya, l’Ethiopie, Djibouti et la Sierra Leone.