La girouette Cimpaye Pancrace est le nouveau Porte-parole du Red-Tabara, un groupe terroriste basé en RDC: Attaque à Cibitoke.

La girouette Cimpaye Pancrace est le nouveau Porte-parole du Red-Tabara, un groupe terroriste basé en RDC: Attaque à Cibitoke.

Domicilié en Belgique et y résidant régulièrement, il vient de revendiquer l’attaque terroriste de ses nouveaux acolytes, attaque menée à Cibitoke sur la position de Nyamitanga. C’est via un article de presse diffusé sur la toile que fièrement il annonce par la même occasion son appartenance à ce groupe RED-Tabara.

Cette attaque aurait eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi donc au début de ce weekend et se serait soldée par un échec cuisant d’après le Porte-parole de la Police nationale. Cimpaye Pancrace, ancien membre influent du Frodebu, éternel transfuge de Parti à Parti, rebelle professionnel passant de l’ADC-Ikibiri, transitant au CNARED qui le chassa de ses rangs comme un malpropre suite à un vol qu’il y aurait commis, notamment après avoir subtilisé un lap-top et une modique somme d’argent, aujourd’hui son vagabondage le conduit à louer ses services au RED-Tabara.

D’après les forces de l’ordre burundaises, cette attaque a eu lieu mais le bilan en est catastrophique pour les assaillants car ils y auraient perdu beaucoup d’hommes et de matériel militaire. Le repli vers la RDC n’a pas été non plus possible.

Serait-il sa façon de commémorer l’assassinat du Premier Président de la République démocratiquement élu, Son Excellence Melchior Ndadaye, tué sauvagement par ceux qui devaient protéger son intégrité physique le 21 octobre 1993 ? Serait-il sa façon de dire à la face du monde qu’il n’a jamais adhéré aux idéaux de la démocratie et que tout moyen est bon à prendre du moment qu’il lui permette de rester au devant de la scène ? Ceux qui font confiance à ce caméléon politique l’apprendront toujours à leurs dépens.

Cette poussée de fièvre des forces négatives basées en RDC peut se comprendre par les changements sociopolitiques en vue dans cette sous-région, le désordre qu’elles y provoquent et y maintiennent ne pourra pas dans l’avenir proche être davantage toléré. Face à cette perspective, ces forces négatives sont acculées à tenter l’impossible pour se trouver un autre espace de vie, sous peine de se voir laminées sérieusement. Cela peut, entre autres, être l’explication des dernières tentatives kamikaze d’incursion sur le territoire burundais, aucune n’a atteint une durée de vie de 2 heures.

Les autorités burundaises ont déclaré que les enquêtes se poursuivent, gageons que dans peu de temps nous en saurons, un peu plus. De même, ces forces négatives fussent-elles appelées RED-Tabara, trouveront gaillardement sur leur chemin des forces de l’ordre burundaises prêtes à les accueillir comme il se doit et avec abnégation.

Ruvyogo Michel